Vous êtes ici : Accueil > Équipe CREAB > Résolution spatiale en microscopie par résonance de plasmon de surface à couplage par prisme

Loïc Laplatine

Résolution spatiale en microscopie par résonance de plasmon de surface à couplage par prisme

Publié le 27 novembre 2014


Thèse soutenue le 27 novembre 2014 pour obtenir le grade de docteur de l'Université Joseph-Fourier de Grenoble - Spécialité : Physique pour les Sciences du Vivant

Résumé :
La microscopie par résonance de plasmon de surface (SPR) à couplage par prisme a vu le jour à la fin des années 60. Le principal avantage de cette technique d'imagerie optique réside dans sa très grande sensibilité à de faibles variations d'indice optique ou d'épaisseurs à la surface d'un métal. De ce fait, le suivi d'interactions biologiques peut se faire en temps réel sans avoir recours à l'utilisation de marqueurs fluorescents ou enzymatiques. Depuis plus de 30 ans, la microscopie SPR s'est imposée comme la technique de référence de biodétection sans marquage. Ses champs d'application vont de la détermination de constantes d'affinité à la détection de bactéries pathogènes, en passant par la biologie cellulaire. Jusqu'à présent, on pensait la résolution spatiale limitée par la longueur de propagation des plasmons de surface. Or, de nombreux exemples ne corroborent pas cette hypothèse. Dans cette thèse, nous montrons qu'à ce phénomène de propagation se rajoute des aberrations optiques induites par l'utilisation d'un prisme pour coupler la lumière et les plasmons de surface. Nous expliquons ainsi pourquoi les résolutions expérimentales étaient souvent bien moins bonnes que celles attendues. Par l'analyse de la formation des images et la quantification des aberrations, nous aboutissons à deux nouvelles configurations optiques optimisées pour la résolution. Nous analysons ensuite quel métal offre le meilleur compromis entre longueur de propagation et sensibilité. Expérimentalement, nous obtenons une résolution comprise entre 1,5 et 4 μm suivant la direction, sur des champs de vision de plusieurs mm2, et ce, avec une sensibilité standard en biodétection. Nous sommes ainsi en mesure d'observer simultanément plusieurs milliers de cellules individuelles, eucaryotes et procaryotes. Finalement, nous développons un prototype dédié au suivi en temps réel de sécrétions de protéines par des cellules immunitaires. Les limites de la microscopie SPR et les solutions qui permettraient de faire aboutir ce type d'étude sont examinées. Des études préliminaires sont aussi menées sur l'amélioration de la détection de bactéries.

Jury :
Rapporteur : Pr Paul Charette
Rapporteur : Pr Christophe Vieu
Examinateur : Pr Benoît Boulanger
Examinateur : Pr Malcolm Buckle
Examinateur : Dr Emmanuel Maillart
Directeur de thèse : Dr Roberto Calemczuk
Co-directeur de thèse : Dr Loïc Leroy

Mots clés :
Biopuce, Analyses de cellules uniques, Résolution

Thèse en ligne.