Vous êtes ici : Accueil > Équipe CIBEST > Les UVA donnent un direct à l’ADN

Fait marquant

Les UVA donnent un direct à l’ADN


La partie ultraviolette du spectre solaire est à l'origine de cancers cutanés. Deux gammes sont définies: le rayonnement UVB est le plus énergétique (280-320 nm), tandis que les UVA sont moins puissants mais au moins 20 fois plus fréquents. Nous avons montré que, malgré une faible absorption par le génome, les rayons UVA peuvent induire des dommages mutagènes.
Publié le 13 décembre 2009
Les rayons UVA sont mal absorbés par l'ADN, mais ils induisent des mutations dans les cellules et produisent des tumeurs. Ce mystère a longtemps été expliqué par l'action indirecte des photosensibilisateurs présents dans les cellules. Ces molécules absorbent l'énergie lumineuse et déclenchent des réactions d'oxydation dans l'ADN. Cela explique l'abondance d'antioxydants dans de nombreux produits de protection solaire. Cependant, plusieurs groupes, dont le nôtre, ont montré que les UVA entraînent également la formation d'autres lésions d'ADN. Il est maintenant clairement établi que la lésion majoritaire résulte de la formation de liaisons covalentes entre deux bases adjacentes, donnant un «  dimère  ».

Comment ces dimères se forment-ils? Se forment-ils directement à travers les quelques photons absorbés par l'ADN, ou avec l'aide de sensibilisateurs endogènes? En collaboration avec un groupe d'Iramis, nous avons exposé de l'ADN pur en solution aux UVA. Résultat: les mêmes dimères ont été produits, avec le même rendement de réaction que pour l'ADN à l'intérieur des cellules! Pas besoin d'aide supplémentaire pour être nuisible! Ces expériences montrent clairement que de faibles quantités d'énergie UVA absorbées par l'ADN sont très efficaces pour induire des dommages. Ces résultats soulignent encore la nécessité d'une protection efficace dans la gamme UVA, et aideront ainsi à la conception des écrans solaires.


Le soleil émet une large gamme de rayonnements électromagnétiques.
Parmi ceux-ci se trouvent les ultraviolets, dont seules les parties UVB et UVA traversent la couche d'ozone stratosphérique.

Haut de page

Dommages de l'ADN