Vous êtes ici : Accueil > L'UMR > Thermodynamique de la puce à ADN

Fait marquant

Thermodynamique de la puce à ADN


​Le CREAB et le groupe Théorie du SPrAM disposent d’un appareillage unique au monde pour faire de l’imagerie par résonance de plasmons de surface (SPRi) en fonction de la température avec une régulation à 0,05 °C. Il permet notamment d’étudier les phénomènes d’hybridation/déshybridation des puces à ADN, avec une sensibilité allant jusqu’à la mutation ponctuelle.

Publié le 16 mai 2010
Les chercheurs ont étudié la thermodynamique de la réaction en faisant varier la salinité de la solution. En effet l’ADN est l’une des macromolécules les plus chargées qui soient ; quand deux brins s’hybrident l’effet de charge est donc important. Les effets de répulsion électrostatique dépendant de l’hybridation avaient été modélisés par le groupe Théorie. Les derniers résultats expérimentaux valident le modèle et montrent qu’une courbe maîtresse décrit la variation thermique du taux d’hybridation (la constante d’équilibre de cette réaction) pour toute la gamme de concentration saline étudiée (0,1 à 0,6 M) suivant la loi classique de Van't Hoff.


Courbes d’hybridation pour les différentes salinités, superposées sur une courbe maîtresse qui suit une loi de Van’t Hoff.
θ est la fraction de sondes ADN hybridées.

Haut de page

Sur les puces à ADN

Flux rss